Le soufre dans le sol et dans la plante

Le sulfate se comporte comme le nitrate dans le sol.

Dans la plante l’azote et le soufre sont deux éléments essentiels pour les protéines. La carence en soufre réduit considérablement l’efficience de l’azote et donc limite la synthèse protéique.

Le soufre ne peut être absorbé par les plantes depuis la solution du sol que sous la forme sulfate. Comme pour le nitrate facilement disponible, il peut être sujet aux pertes par lessivage. L’application au printemps d’engrais sulfaté est donc recommandée de sorte que la plante puisse le prélever pendant la période de croissance active, comme le nitrate. Le soufre est nécessaire conjointement avec l’azote pour la formation des protéines, ainsi leurs périodes d’absorption sont similaires.


Le soufre élémentaire
Alors que le sulfate de l’engrais est immédiatement disponible pour la culture, l’application de soufre élémentaire doit être suivie de la transformation en sulfate par l’activité bactérienne du sol avant qu’il devienne disponible. Le temps pris par cette oxydation est imprévisible et il peut être de plusieurs mois, de sorte que le sulfate exigé par la culture peut ne pas être disponible au moment des besoins.

La synthèse des protéines

Le soufre est nécessaire pour de nombreuses fonctions de la croissance des plantes - comme l’azote il est principalement un constituant essentiel des protéines. Il y a donc une étroite relation entre les quantités d’azote et de soufre dans les cultures, la plupart absorbent environ 1 kg de soufre (2,5 kg SO3) pour 12 kg d’azote.

ABSORPTION DE SO3 PAR LE BLE, LA POMME DE TERRE ET LE CHOU AU COURS DE LA CROISSANCE
ABSORPTION DE SO3 PAR LE BLE, LA POMME DE TERRE ET LE CHOU AU COURS DE LA CROISSANCE

Les crucifères, comme le colza et le chou, exigent beaucoup plus de soufre. En effet elles ont un besoin supplémentaire pour la production de glucosinolates, qui sont utilisés dans les plantes comme mécanisme de défense.

Une fois absorbé, contrairement à l’azote, le soufre ne se déplace pas à contre-courant de la transpiration et ne peut pas être ré-utilisé à partir des feuilles âgées, par exemple, pour aider à la croissance des organes nouveaux.

Ainsi, une fourniture suffisante et continue dans le sol est nécessaire pour satisfaire tous les besoins de la croissance des cultures.

Les signes de carence comprennent le jaunissement des feuilles nouvelles ou des organes jeunes. En revanche, le jaunissement d’une carence en azote affecte en premier les feuilles les plus anciennes.

Un colza déficient en soufre peut aussi avoir une coloration pourpre et des jeunes feuilles recroquevillées, une floraison retardée et prolongée, des fleurs de couleur pâle et des siliques plus petites et moins nombreuses.