Un besoin majeur pour les cultures arables et les prairies

Besoin d'une application de soufre

Le soufre (l’élément nutritif soufre est exprimé sous la forme SO3) est maintenant reconnu comme un besoin majeur pour les cultures arables et les prairies. Pourtant, la plupart des terres agricoles ne reçoit jamais de fertilisation soufrée en routine.

La carence en soufre est maintenant largement répandue et la réponse en rendement du blé d’hiver aux applications de soufre peut atteindre jusqu’à 30% dans certains cas, et en moyenne 6%*. Pour les crucifères, le bénéfice est plus important, les essais montrent que le colza d’hiver peut donner une réponse en rendement atteignant jusqu’à 81%**.

% DES SURFACES DE CULTURES RECEVANT DU SOUFRE EN GB (SOURCE BSFP)
% DES SURFACES DE CULTURES RECEVANT DU SOUFRE EN GB

Toutefois, les apports de soufre sur les cultures restent faibles. Seulement 42% des cultures de céréales reçoit des apports de routine. En colza, malgré les avantages bien reconnus, seul 65% des cultures reçoit la quantité nécessaire. Bien que presque toutes les cultures puissent en bénéficier, il est possible que les applications aient été limitées par un manque d’engrais soufré de prix acceptable et facilement épandable.

Dans le passé, les cultures arables et les prairies n’ont jamais exigé d’application de soufre, les dépôts atmosphériques dus à la combustion du charbon et du fuel ont assuré des apports suffisants.

ÉMISSIONS DE SOUFRE (EXPRIMEES EN SO2) DANS CERTAINS PAYS EUROPEENS
UNECE/EMEP, 2010
ÉMISSIONS DE SOUFRE (EXPRIMEES EN SO<sub>2</sub>) DANS CERTAINS PAYS EUROPEENS

La règlementation a fait réduire considérablement les émissions de soufre, le dépôt représente donc maintenant une faible part de ce qu’il était auparavant. Ainsi, de vastes zones de terres cultivées sont déficientes en soufre, en particulier celles avec des sols légers ou avec de faibles précipitations**.

L’azote et le soufre sont deux constituants essentiels des protéines végétales et animales. Maintenant que le soufre atmosphérique n’est plus disponible gratuitement, on a besoin d’équilibrer la fertilisation par un engrais soufré pour assurer la qualité et le rendement lorsque un engrais azoté est appliqué.

Les légumineuses comme le pois, le haricot et le trèfle, qui reposent sur la fixation symbiotique de l’azote mais sont désormais privées de soufre atmosphérique répondent désormais dans la plupart des cas à l’apport d’un engrais soufré.

Cette brochure présente un engrais sulfaté granulé, Polysulphate. Ce nouveau produit est extrait au Royaume-Uni, et avec 48% de SO3, il fournit une nouvelle source sûre et facilement accessible de sulfate.

*J W Cussans, F J Zhao, S P McGrath and R Stobart, 2007, Decision support for sulphur applications to cereals, HGCA, Royaume-Uni
**M F F Carver, 2005, Monitoring winter barley, wheat, oilseed rape and spring barley for sulphur in England and Wales to predict fertilizer need, HGCA, Royaume-Uni